Visiter Bordeaux à pied – 5 lieux incontournables

Nous continuons notre visite à pied au cœur de la ville de Bordeaux avec 5 nouveaux lieux incontournables…

 

1. La rue Sainte-Catherine et Place Saint Projet

 La rue Sainte Catherine est la plus longue rue commerçante piétonne d’Europe : elle mesure 1200 mètres de long et 10 mètres de large soit 3 km de vitrines de magasins. L’origine de son nom vient d’une des plus anciennes chapelles de Bordeaux qui portait le nom de “Chapelle Sainte-Catherine”, elle était située à l’emplacement de l’actuelle Fnac. La célèbre rue piétonne existe depuis 1984 et relie la place de la Comédie (avec le Grand Théâtre) et place de la Victoire (avec la Porte d’Aquitaine). Depuis 2015, la rue Sainte-Catherine accueille la “Promenade Sainte-Catherine”, l’équivalent d’un centre commercial à ciel ouvert. La rue Sainte-Catherine est très empruntée et connue pour ses boutiques mais aussi pour ses 2 grandes braderies (une en Février et une en Juillet) qui attirent la foule. 

En descendant la rue Sainte-Catherine, nous arrivons à la Place Saint Projet: c’est une ancienne place de Bordeaux qui porte le nom d’un évêque décédé en 674. C’est un carrefour de deux rues piétonnes : la rue Sainte Catherine et la rue Trois Conils. Autrefois, la place était occupée par une église construite au XIVème siècle et un cimetière ( la croix Saint projet a été déplacée et est désormais sur l’emplacement de l’ancien cimetière).

 

2. La Place de la Victoire et la porte d’Aquitaine

C’est en descendant la rue Sainte-Catherine que l’on arrive à cette gigantesque place qu’est la Place de la Victoire. Le nom de “Place de la Victoire” a été donné après la Première Guerre mondiale, le 3 décembre 1918. C’est une place incontournable de la ville de Bordeaux : c’est lieu de vie et d’animations avec ses nombreux bars, spectacles, concerts, marchés, manifestations, etc… Elle est un point de rencontre entre 4 grands axes : le cours de l’Argonne, le de la Somme (qui mènent aux boulevards), le cours de la Marne qui mène à la gare Saint-Jean et le cours Aristide Briand. Elle permet également d’accéder au marché des Capucins via la rue Elie Gintrac et en remontant le cours Pasteur on accède directement à la fameuse Tour Pey Berland. Depuis 2005, la place est décorée d’une obélisque et de tortues comme hommage au vignoble (spécialité de la région). Mais la place est surtout reconnaissable par son imposante porte : la porte d’Aquitaine. Ce nom a été donné en mémoire du duc d’Aquitaine. C’est une porte large de 32, 50 mètres en pierre, construite par André Portier en 1753. Elle est surmontée d’un fronton triangulaire orné de sculptures représentant des dieux marins et du côté de la place on peut y voir les armoiries royales et du côté de la rue Sainte Catherine, des fruits et des fleurs.

3. La Grosse Cloche 

Nous tournons vers les quais et faisons un léger demi-tour pour nous enfoncer dans le quartier historique de Bordeaux…

La Grosse Cloche a longtemps servi de prison avec ses portes de 10 cm d’épaisseurs et d’énormes verrous. Elle est imbriquée dans les constructions voisines, ce qui la différencie des autres portes de Bordeaux (comme les portes Dijeaux, Cailhau…). C’était également le clocher de l’ancien hôtel de ville (elle figure d’ailleurs sur les armoiries de Bordeaux). La “Grosse cloche” tient bien son nom puisque celle-ci mesure 2m de haut et de diamètre. On estime son poids à 7750 kg. Sous la Grosse Cloche se trouve une plaque où il y a la traduction des écritures latines : “J’appelle aux armes, j’annonce les jours, je donne les heures, je chasse l’orage (les nuages), je sonne les fêtes, je crie à l’incendie”. La cloche sonne 6 fois par an à l’occasion de célébrations comme : le 1er Janvier, le 1er Mai, le 8 Mai, le 14 Juillet, le 28 Août, le 11 Novembre à 11h, et le 1er Dimanche de chaque mois à midi pendant un quart d’heure. Elle est classée aux monuments historiques depuis 1886.

4. La Porte Cailhau

Nous continuons notre avancée dans la ville et dans l’histoire de Bordeaux avec la Porte Cailhau. Cette porte défensive date du Moyen-Age et a été construite en 1494. Elle commémore la victoire de Charles VIII à Fornoue en Italie. L’origine de son nom est un mystère, mais plusieurs suppositions sont faites : le nom pourrait venir du mot “caillou” ou il est possible que le nom provienne d’une famille bourgeoise qui résidait dans le quartier. C’est l’un des monuments les plus visités de Bordeaux après la Tour Pey Berland. Avec sa hauteur de 35 mètres, la richesse et la diversité des ornements on ne peut pas la manquer. Dans ses étages, on peut découvrir une exposition montrant les matériaux et outils utilisés pour bâtir la porte et plus généralement la ville de Bordeaux. Elle est classée aux monuments historiques depuis 1883.

5. Le passage de la Tour de Gassies 

Assez méconnu des Bordelais, le Passage de la Tour de Gassies se situe à côté de la place Saint Pierre. Elle a la particularité d’abriter le dernier vestige des anciens remparts de l’ancienne “Burdigala” (nom antique de l’ancienne ville de Bordeaux), remontant au début du IIIème siècle. Frappée par les invasions barbares de 276 (la ville est pillée et incendiée), la cité édifie une enceinte de 740 mètres sur 480 mètres dont les murs ont une hauteur de dix mètres et une largeur de cinq mètres. Cette enceinte comptait 46 tours et la Tour de Gassies était l’une d’elles. Aujourd’hui dans une petite cour, l’on peut observer les dernières pierres de cette tour. N’hésitez pas à vous aventurer au cœur de la ville, dans ses nombreuses rues, Bordeaux a de nombreux secrets à dévoiler…

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.